CAESE

Nom du contact : Caroline NOEL, Responsable du Service Développement économique

Activité : Communauté d'Agglomération de l'Étampois Sud-Essonne

 

 

La Communauté d'Agglomération de l'Étampois Sud-Essonne représente 37 communes, soit près de 55 000 habitants et de 350 entreprises implantées sur les dix zones d'activités économiques de son territoire.

 

Ses compétences obligatoires et fixées par la loi sont les suivantes:  le développement économique et l'aménagement de l'espace communautaire, la politique de la ville, l'équilibre social de l'habitat, la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations.

 

Le Conseil Communautaire lui a en plus octroyé des compétences :

- Optionnelles :

  • La voirie et les parcs de stationnement d'intérêt communautaire;
  • La protection et la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie;
  • La création, l'aménagement, l'entretien et la gestion d'équipements culturels et sportifs d'intérêt communautaire;

- Et facultatives :

  • Tourisme,
  • Politique d'accompagnement de la prévention spécialisée,
  • Enfance et jeunesse,
  • Création et gestion d'équipements culturels, sportifs et d'enseignement,
  • Création et gestion d'aires d'accueil des gens du voyage,
  • Aménagement du territoire pour l'accès au numérique,
  • Aménagement rural,
  • Point d'accès au droit,
  • Création et gestion du Service Public d'Assainissement Non-Collectif (SPANC),
  • Gestion des animaux errants. 

Coordonnées :

Adresse : Service Développement économique : 76, rue Saint Jacques - 91150 ÉTAMPES

Téléphone : 01.64.59.23.85 / 01.64.59.24.44

e-mail : caroline.noel@caese.fr ; sarah.chadha@caese.fr

Web : www.etampois-sudessonne.fr

Zoom sur les compétences économiques de la communauté d’agglomération de l’Etampois sud Essonne (CAESE)

Dotée de compétences économiques et d’aménagement du territoire local, en concertation avec les communes, la communauté d’agglomération de l’Etampois sud Essonne, présidée par Johann Mittelhausser nous explique ses actions concernant le tissu économique local.

 

*Quelles sont les compétences du service économie de la CAESE sur le territoire sud essonnien ?

 

JM : Depuis l’arrivée de Caroline Noël, on a décidé de professionnaliser le développement économique en amont et en aval. La CAESE effectue une veille foncière pour reconvertir des bâtiments vacants ou des friches industrielles et être à l’écoute des sociétés qui ont des locaux à louer ou à vendre. Nous accompagnons les entreprises sur leurs recrutements avec les partenaires existants (CCI, CMA, Pôle emploi, Mission locale…). Cela peut commencer par la bonne rédaction d’une offre d’emploi pour un emploi spécifique et pointu. Nous effectuons un sourcing et une bonne partie des offres à pourvoir est rassemblée en temps réel sur notre plateforme www.emploi.etampois-sudessonne.fr .

Côté création, la CAESE s’inscrit sur le long terme et  entretient une dynamique pérenne. En partenariat avec http://www.initiative-essonne.com/, nous suivons des dossiers qui peuvent obtenir un prêt d’honneur. Notre rôle est d’accompagner ces porteurs de projet, selon le niveau de maturité du projet et de leur apporter une « caution morale » (cf. nouvelle boucherie à Méréville, mercerie à Saclas ou concept-café à Etampes…) Pour les plus grosses entreprises, le service économie fait du sur-mesure et accompagne selon le foncier disponible.

 

Période de crise oblige, la CAESE a lancé son propre plan de relance en budgétisant 1 million d’euros supplémentaire pour soutenir les entreprises qui dépendent de la commande publique et le commerce sur le territoire. Des appels d’offre vont être ouverts jusqu’au 31 juin 2021 et concerneront la rénovation de parkings de l’hôtel communautaire, l’isolation thermiques d’écoles. Nous ferons en sorte de privilégier la commande locale dès que le savoir-faire sera présent.  Pour cela, il faut postuler à ces appels d’offre.

 

La CAESE a voté un abattement  des 2/3 de la contribution foncière des entreprises (CFE) pour les entreprises du secteur événementiel, tourisme, culture, sport, hôtellerie et restauration, réalisant moins de 150 millions de chiffre d’affaire en lien direct avec Bercy.

 

Comme toutes les agglomérations franciliennes, la CAESE a abondé au fonds résilience impulsé par la région IDF. Il concerne les TPE (de 0 à 20 salariés) et permet d’obtenir une avance remboursable de 3000 à 100 000 euros à taux zéro sur une durée maximale de 6 ans (différé de remboursement maxi de 2 ans) : https://www.iledefrance.fr/espace-media/fondsresilience/

 

Plus localement, la CAESE a accordé un report de loyers sur ses deux hôtels d’activités : le Rurapôle à Saclas et le  SudEssor (3 cellules de 300m2) jouxté à Faurecia.

 

Le foncier à développer, notamment sur Angerville reste suivi par nos services. Conformément au PLU (plan local d’urbanisme), nous aurions la possibilité d’agrandir notre zone industrielle sur 9 hectares (accueil de 30 entreprises potentiellement). Nous devons revoir l’établissement foncier d’île de France. La parcelle de 2 hectares très prochainement aménagée et viabilisée sur la zone d’Etampes est déjà pourvue en entreprises.

 

*La crise sanitaire impacte tous les secteurs économiques du territoire. Quelles solutions locales ou innovations a apporté la CAESE ?

 

JM : avec le confinement vécu au printemps 2020, les habitants du sud Essonne ont redécouvert la présence de commerçants de qualité. Nous souhaitons fortement accompagner cette dynamique. Après avoir constitué un annuaire des commerces sur tout le territoire, nous nous sommes rapprochés de l’association Vitrines de France pour développer une application dédiée aux commerces de notre territoire. Elle permettra une géolocalisation des commerces, notifiera les utilisateurs de bons plans ponctuels, proposera des chèques cadeaux dépensables dans le réseau (10, 20, 50 euros). Pour amorcer cette volonté de soutenir le commerce local, 100 000 euros ont été injectés par la CAESE. Ces chèques cadeaux bénéficieront aux personnels hospitaliers, aux médecins généralistes, aux personnels d’EHPAD, de laboratoires, de l’ADMR, aux aides ménagères...soit un chèque de 24 euros pour 4000 personnes.

Pour revenir à l’application, elle possédera aussi une rubrique emplois, une rubrique immobilière (vacances-locaux à reprendre) et sera gratuite pour tous les commerçants du territoire (hors grandes enseignes et commerces de galeries marchandes non concernées) : pas de commission prélevée sur les chèques cadeaux et délais de paiement réduit par France Vitrines pour les commerçants (3 semaines en moyenne). Les producteurs locaux répartis sur nos 37 communes pourront intégrer l’application. Un chargé de développement de promotion du commerce a été recruté pour accompagner son développement. Il se déplacera auprès des commerçants.

 

La configuration du territoire du sud Essonne étant à la fois rurale et urbaine (Etampes, Angerville, Méréville), quelles forces allez-vous mettre en avant pour développer encore plus le tissu entrepreneurial local ?

 

JM : Le sud Essonne est aussi bien un secteur de vie que d’activités. Nous sommes situés en Ile de France, ce qui demeure important pour certaines entreprises. Nous sommes l’un des pays d’Arts et d’histoire et nous disposons de logements pour tout type de salariés (ouvriers et cadres), avec des services à la population : gardes d’enfants, multi-accueil, centres de loisirs, avec une offre culturelle répartie sur tout le territoire. L’agglomération s’inscrit dans une démarche de projets de territoire,    qui associera la population, les acteurs économiques sur les dix prochaines années. C’est une sorte d’index qu’il nous faut créer pour relier toutes les forces du territoire et développer l’identité du Sud Essonne.

Pour l’accueil économique des nouvelles entreprises, l’agglomération est une porte d’entrée quelle que soit la maturité du projet. Notre force, c’est aussi la présence de nombreuses TPE et PMI. Nous sommes là pour faire en sorte qu’elles travaillent entre elles. Le développement de nouveaux espaces fonciers à moyen terme est essentiel.

 

Le développement touristique est aussi un gros axe de visibilité pour notre territoire. Nous avons investi 50 000 euros pour thématiser de courts séjours type escapades de week-ends (en amoureux, nature, patrimoine…) et nous avons effectué des campagnes de publicité localisées (Boulogne-Billancourt, Sèvres), presse (Le Parisien, Le Figaro Magazine), publicitaires (JC Decaux) dès le déconfinement au printemps dernier. C’est un gros axe à développer car l’économie suit avec le cadre de vie. 

De gauche à droite :

 

Gwenoline DESTAS (Cabinet du Président)

Sarah CHADHA (Chargée de Mission au Service Développement économique et emploi)

Caroline NOEL (Responsable du Service Développement économique et emploi)

Corinne TIQUET (Chargée du développement de l’emploi local)

Fabster « Nous avons pu effectuer 3 recrutements ciblés »

 

 

Mme Valérie Mouthoy, gérante de la société Fabster, spécialisée en fabrication d’arômes alimentaires à Angerville (5, rue des Moissons) a sollicité la CAESE pour plusieurs recrutements depuis juin 2019. La société compte déjà 20 salariés et existe depuis 20 ans. « J’ai sollicité Mme Corinne Tiquet, du service emplois de la CAESE. Elle s’est déplacée au sein de notre entreprise et a cherché à comprendre la philosophie de notre entreprise familiale. Elle m’a aidé à définir techniquement les paramètres recherchés puis nous a conseillé dans la rédaction de la fiche de poste. Elle a ensuite effectué un pré-recrutement pour nous présenter les profils retenus. C’est quelqu’un qui connaît bien le secteur de l’industrie. Nous avons ainsi pu embaucher une assistante commerciale et une assistante achat, bilingue anglais. J’ai donc refait appel récemment à elle pour un poste de responsable Qualité ayant également une formation en chimie. ». Fabster qui créé et fabrique des arômes alimentaires réalise 60 % de son chiffres d’affaires à l’export. 

SEGA-François Duverger, gérant : «l’intervention de la CAESE a  facilité l’intervention d’ENEDIS puis d’Orange »

 

 

Le vendredi 12 juin 2020, SEGA a eu une rupture de câble d’alimentation, occasionnant un arrêt partiel de production sur notre site et un arrêt machines total chez notre voisin Mecamil (tournage-fraisage). J’ai alerté la plateforme classique d’Enedis mais pas de réponse. Après l’envoi d’un mail au service économie, Eric Blot, le responsable des infrastructures les a sollicité. Une équipe d’Enedis est arrivée dans l’après-midi.  Une autre fois, suite à l’accident d’un camion qui avait heurté un câble, nous avions un câble téléphonique arraché. Aucun camion ne pouvait rentrer chez nous. Après l’intervention de Mr Blot (CAESE), dès le lundi, nous pouvions travailler à nouveau. 

RECHERCHE

PROCHAIN RENDEZ-VOUS

Le 05 juillet 2022

Save the date

Prochain déjeuner le mardi 05 juillet 2022

Invitation au déjeuner chaque 1er mardi du mois

Nous avons un déjeuner mensuel, le 1er mardi de chaque mois (sauf exceptions en période de Covid…). Lieu à préciser à chaque fois. 

 

UN RÉSEAU

D'ENTREPRENEURS

  • Efficace
  • Convivial
  • Rassembleur des intérêts et des problèmes communs
  • Dont les membres se connaissent personnellement

 

EN PRATIQUE

  • Une structure associative
  • Animée par des bénévoles
  • Des événements : petits déjeuners, déjeuners, rencontres, conférences …
  • Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Demande d'Adhésion au G2ET

Adhésion G2ET-Année 2022.pdf
Document Adobe Acrobat 123.9 KB
STATUTS G2ET-2019.pdf
Document Adobe Acrobat 32.7 KB