Empreinte : l’événementiel grand format avec un catalogue national

Empreinte : l’événementiel grand format avec un catalogue national

 

L'événementiel est un secteur d'activités où on ne s'improvise pas professionnel. Il faut bien souvent des années avant de tisser un réseau de partenaires et de prestataires fiables et originaux. Portrait croisé à travers l'expertise de Fabrice Muller et Christophe Collin, les deux cofondateurs basés à Angerville.

 

Si on devait retenir un chiffre qui résume la croissance de la société Empreintes, ça pourrait être celui-ci : « en juin, nous avons organisé 110 événements pour nos clients», lance Fabrice Muller.

Habitué à la superposition d'événements pouvant se dérouler de jour comme de nuit, week-end inclus, Fabrice possède bien sûr un très solide sens de l'organisation.

Après une formation en hôtellerie à Paris, cet essonnien créé sa première activité dès 1995 en commençant à animer des mariages, en étant Dj ou en intervenant dans des centres commerciaux. L'occasion de bien apprendre le métier où chaque détail compte. Et où vous n'avez qu'une seule chance de faire bonne impression à votre client.

L'ADN d'Empreinte se décline en cinq pôles : prestation, location, intégration, sonorisation et éclairage.

 

Profils complémentaires

 

Christophe Collin, l'autre associé est ingénieur du son formé à Paris. Il a donc une maîtrise beaucoup plus technique et demeure en phase avec les dernières nouveautés du marché dans le secteur du son.

En juin dernier, à la demande d'un gros client, Peugeot, Empreinte a investi dans un matériel Oxo qui donne une flux de lumière uniforme, afin de ne pas dénaturer la couleur du véhicule, que ce soit en photographie ou en vidéos.

Niveau sons, la société possède du matériel de très haut niveau majoritairement de marque française avec L acoustique, le leader mondial dans sa discipline (siège social basé dans l'Essonne) et l'allemand HK audio.

 

Réactivité et capacité à gérer les priorités

 

Au sein de l'équipe, Sarah Scherman, commerciale assiste Fabrice sur des rendez-vous commerciaux et gère le back-office de clients récurrents tandis que Sarah Penhoët, la comptable traite les fiches de paies avec des spécificités propres au secteur et des montées en puissance parfois très rapides, selon la saisonnalité de l'activité.

Côté logistique, gestion et livraison du matériel l'entrepôt est géré par Bernard et Oliver qui s'assurent que tout le matériel soit disponible à des heures parfois nocturnes ou très matinales, afin que les équipes d'intermittents du spectacle ou d'artistes puissent réaliser leur spectacle ou prestation selon un cahier des charges extrêmement précis.

 

Chaque client demeure unique

 

Le chiffre d'affaires d'Empreinte est solide et en progression constante depuis ces trois dernières années. « Nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros en 2018 et notre objectif est d'atteindre les 2 millions d'euros à fin 2020. Nous sommes aujourd'hui 6 salariés et nous allons prochainement recruter une graphiste polyvalente (webdesign et print), un technicien et un(e commercial(e) », résume Fabrice.

Parmi trois types de clients entreprises, le festival électro de la dame blanche qui se déroule chaque année dans les douves du château d'Egreville (77) rassemble 1500 personnes. La nourriture est bio et tout est cuisiné sur place. Ce festival a été classé dernièrement dans le top 10 mondial dans son genre musical par un magazine américain.

 

Dans le secteur automobile, le constructeur Peugeot sollicite Empreinte pour le lancement de véhicules auprès des concessionnaires, deux ans avant leur mise sur le marché. Ce type d'événementiels est ultra confidentiel et aucune photo n'est autorisée. Les professionnels sont conviés à Vélizy ou Poissy, les deux unités de fabrication franciliennes de la marque.

 

Autre client historique d'Empreinte : le célèbre cirque Phénix qui se tient chaque année pelouse de Reuilly dans le 12ème arrondissement de Paris. Au sein de ce cirque découvreur de talents de compagnies du monde entier, l'équipe de direction confie les « annexes », c'est à dire des prestations destinés à des clubs d'entreprises privés à la société. « Nous réalisons l'animation artistique : maquilleuse, magicien, sonorisation des arbres de Noël... », témoigne Fabrice, reconnaissant envers ce client des débuts qui suit toujours l'équipe du sud Essonne.

 

L'équipe se retrouve en général à la fin du mois d'août pour échanger et écouter toutes les remontées des artistes et des prestataires avec lesquels ils travaillent et voir les axes de progression possible. Cela va de l'écoute des ressentis des artistes sur les lieux de prestations jusqu'à la la logistique lors d'un concert de musique classique, où il ne faut pas qu'il manque quatre chaises supplémentaires pour le quator qui intervient... », conclut Fabrice Muller.

 

Après un passage difficile comme l'a connu tout le secteur de l’événementiel, suite à la crise de 2008 qui a fortement ralentit les commandes (la société s'est alors repositionnée auprès des collectivités locales/institutions en attendant que les entreprises redémarrent environ deux ans après...), Empreinte a une visibilité sur 6 à 8 mois et le carnet de commandes pour fin 2019 est déjà bien rempli avec environ 180 à 200 dates programmées.

 

Leur catalogue d'animations entreprises et enfants est bien fourni et chaque y est sélectionné avec soin : https://myempreinte.com/catalogue-empreinte/

 

Parmi les démarches innovantes et en phase avec les attentes du marché et des salarié(e)s, la société a souscrit au label écologique Presta DD, qui engage l'équipe au recyclage, à utiliser des matériaux respectueux de l'environnement et d'adopter un site internet écologique. Le personnel, ainsi que es deux cogérants y sont donc sensibilisés.

 

 

Contact : Empreinte production-Fabrice Muller-directeur commercial-Tél 01 80 85 56 10

-fabrice@myempreinte.com – www.myempreinte.com- rue des moissons-91670 ANGERVILLE

 

 

 

 

Le groupe Méthivier fête ses 40 ans et continue à se développer

Fondé et géré par Gilbert Méthivier, le groupe éponyme est aujourd'hui présent sur six départements et 12 concessions de vente ou de réparation. Avec 150 salariés et un chiffre d'affaires de 55 millions d'euros en 2019, Méthivier recrute dans quasiment tous les postes liés à l'entreprise.

 

Les solutions dédiées au monde agricole couvrent un large spectre : son 1er cœur de métier demeure la vente de matériels agricoles de marque New Holland, ainsi que des matériels d'accompagnement (travail du sol, transports, fenaisons) . La société vend aussi du matériel d'irrigation, de pulvérisation, de récolte, des pièces du matériel d'élevage (traites robotisées, conventionnelles). Sans oublier le matériel d'occasion qui monte en puissance auprès des clients.

 

Parmi les autres services développés par le groupe, on retiendra les centres pneumatiques, les centres vitres et climatisation ainsi que le contrôle« pulvé » sous l'enseigne Promodis, énorme coopérative agricole de taille européenne (centrale d'achat aux fournisseurs mondiaux)

 

Croissance continue et diversification du groupe

 

 

Lorsqu'on a la chance de passer quelques instants avec Gilbert Méthivier, qui répartit son temps entre les différents centres du groupe qu'il a créé et développé pendant ces 40 dernières années, c'est face à un entrepreneur aussi rapide que pragmatique qu'on écoute les étapes de croissance et de diversification de son entreprise.

 

Muni d'un CAP de mécanique agricole, l'homme commence à travailler dès l'âge de 14 ans. Aîné d'une famille de six enfants, dont le père, ouvrier dans une laiterie du Loiret, lui a sans doute appris le goût du travail et de l'effort, Gilbert Méthivier devient vite chef d'atelier et responsable technique puis obtient son brevet de maîtrise. Fasciné par la mécanisation et le machinisme agricole, vers l’âge de 30 ans, il réfléchit à ce qu'il souhaite faire après. Une reprise d'étude s'offre à lui avec la possibilité de passer un diplôme universitaire et technologique (DUT) de « gestion et animation d'entreprise » au Conservatoire National des Arts et Métiers à Orléans.

 

C'est ici que la vie de Mr Méthivier bascule vers la création d'entreprise. En 1979, lui et sa femme créent l'entreprise à Bray-en-Val, actuel siège social du groupe. Les débuts sont difficiles avec un vieux hangar d'un agriculteur pour démarrer puis l'acquisition d'un premier terrain de 2 hectares, où sera construit un 1er bâtiment de 1000 m2. Après à peine 24 mois d'activités...période à laquelle certains clients « amis » majoritairement issus du maraîchage lui octroient des prêts personnels, à défaut de ceux des banques.

 

Arrivée à Etampes en 2001 et choix du local

 

« C'est au CNAM que j'ai tout appris : la gestion, l'humain et la stratégie », résume Mr Gilbert Méthivier, reconnaissant. En 1989, l'entreprise compte 40 personnes et réalise un chiffre de 9,15 million d'euros. A noter la fusion d'Agribeauce avec Méthivier et le rachat de locaux à Pithiviers, autre secteur stratégique agricole.

 

En Mars 2000, le groupe fête ses 20 ans et organise des portes ouvertes. Une double implantation en Bourgogne a lieu à Joigny puis à Toucy cette année-là dans des locaux pratiquement neufs. L'arrivée à Etampes sera plus complexe et se déroulera en plusieurs épisodes. Le groupe pèse alors 24 millions d'euros pour 80 salariés. Une opportunité se présente avec le rachat possible des établissements Mille qui vend deux bâtiments situés à la place de l'actuel magasin Lidl. Simultanément, une seconde occasion émerge avec la possibilité d'acquérir un bâtiment situé sur la zone industrielle de Brières-Etampes-Morigny. Entre la rénovation intégrale du bâtiment situé sur la zone industrielle qui appartenait à l’agglomération étampoise, Méthivier investit en tout 1,2 millions d'euros à Etampes. L'emplacement est stratégique puisqu'il est complémentaire du site de Sermaises, dans le Loiret (20 personnes). C'est à Sermaises (Loiret) que se déroule l’activité dite de la récolte : «  la préparation des machines neuves, la réparation de la gamme New Holland des moissonneuses-batteuses et presse haute densité (HD). Ici, à Etampes, on retrouve la partie proximité pour le service et les pièces de l'ensemble des gammes distribuées par le groupe », résume le chef d'entreprise.

 

Zone stratégique entre Etampes et Sermaises

 

Cependant, la zone d'Etampes-Sermaises et du Pithiviérais est la plus importante en volume. Un terrain a d'ailleurs été acquis il y a dix ans sur la zone industrielle de Sermaises, rendant possible le doublement de sa surface, plus tard si besoin, qui est actuellement de 3300 m2 couvert. « C'est important pour nous d'être en île de France : les agriculteurs de la plaine de Dourdan peuvent venir sur le site de la zone industrielle de manière fluide, grâce à la récente déviation qui a légèrement augmenté le trafic clients », témoigne Mr Méthivier.

 

Dans le bâtiment de 2000 m2 dont 1100 m2 sont utilisés pour le groupe, les activités se répartissent de cette manière : un commercial chargé de vendre les machines New Holland et d'autres marques dans l'Essonne ; un magasin vitrine et services proposant du matériel agricole ; un atelier mécanique SAV de proximité avec un renfort possible sur Sermaises (notamment services GPS).

 

Sachant que les exploitations ont tendance à grossir en surface, le groupe compte des clients ayant des besoins bien spécifiques et propose des moissonneuses-batteuses capables de récolter entre 400 à 600 hectares, dont le prix avoisine des budgets compris entre 300 000 et 400 000 euros pour les exploitations les plus vastes (certaines avoisinent désormais les 900 hectares dans le Montargeois !).

 

Avec 150 salariés dont 80 techniciens et 18 commerciaux, le groupe Méthivier recrute dans tous ces profils et souhaiterait féminiser un peu ses équipes pour « atteindre une proportion de 2/3 d'hommes pour un tiers de femmes ». Solide, très diversifié, bénéficiant d'une force de frappe répartie sur 6 départements , le groupe Méthivier anticipe les projets de développements futurs à horizon 1, 2 et 3 ans. « Nous nous préparons à un développement progressif à horizon 2022, ainsi qu'à une performance accrue sur notre territoire », conclut Gilbert Méthivier, Le Comité de développement, où siègent certains salariés possédant des parts se réunissait fin juillet. Nul doute que les trois banques avec lesquelles travaille le groupe Méthivier seront à l'écoute d'éventuels nouveaux projets de développement, au moment où l’anniversaire des 40 ans du groupe se profile.

 

700 personnes dont de nombreux clients y seront conviés en décembre 2019. L'histoire de cette PMI totalement indépendante continue, avec un sens stratégique particulièrement aiguisé.

 

 

Contact : METHIVIER-Route de Brières-les-Scellés-Tél : 01 64 94 40 90-www.groupe-methivier.com-Mail : contact@groupe-methivier.com.

Retour sur l'histoire du Groupement des entreprises de l'Etampois

Grâce aux documents et témoignages de François Laserson et Louis-Jean Marchina, deux entrepreneurs toujours actifs, nous allons tenter de dresser un historique du premier groupement d'entreprises du Sud Essonne. Souvenirs et état des lieux d'un territoire économique particulièrement dynamique.

 

 

 

Le 10 janvier 1968 naît l'association des industriels de la région de l'Essonne Sud (AIRES), alors hébergée chez Joulin Aero, une des toutes premières entreprises du bassin étampois (cf photo de Michel Joulin avec son fils sur le chantier de son siège - la société s'étant ensuite développée aux États-Unis aussi). Michel Mahut est son secrétaire général. Lui succédera Corinne Billebault.

Parmi les présidents successifs, on retiendra Mme Veilleux (Garage Auclert), Robert Léger (Bertrand Faure, devenu Faurecia), Jean-Claude Gilg (SCI Les Rochettes) puis Patricia Servatius (Froid et Régulation), et enfin Jean-Pierre Moustarde (New Holland).

 

Création d'une antenne du Medef dans le sud Essonne

 

L’AIRES était affiliée au Medef, qui décide en février 1999 de constituer des structures unifiées à l'échelon départemental. L’AIRES devient alors MEDEF ESSONNE SUD sous la direction de Jean-Pierre Moustarde qui en assure la présidence jusqu’à sa dissolution et le transfert de ses actifs au MEDEF ESSONNE en juin 2003, laissant des souvenirs douloureux à certains qui se sont beaucoup investis dans l'AIRES et qui ne se résolvent pas à sa disparition. . « C'est à cette époque que les chefs d'entreprises locaux décident de créer un groupement dénommé GIE Sudessor-Services dans le but de faire fonctionner un service de gardiennage de la ZI d'Etampes. L’impulsion est donnée par Michel Turlotte, directeur général de Cattiaux Rochettes ».

 

Mais l’histoire du groupement d’entreprises de l’étampois est inséparable de celle, longue et complexe, de la ZI d’Etampes

 

Commercialisation de la ZI par la SAMBOE

 

Un document fondateur de l'industrialisation de la zone commerciale de Brières-Etampes-Morigny-Champigny parait dans Le Figaro du 24 février 1971. On retiendra cette accroche : « Etampes, ancestral grenier à blé de la région parisienne est devenu un arrondissement industriel. A 50 km de Paris par la nationale 20, entre Paris et Orléans, le district urbain d'Etampes a confié la SAMBOE (société d'aménagement Bures-Orsay-Etampes basé à la ferme de Courtaboeuf d'Orsay) l'aménagement d'une zone d'activités pour recevoir les industriels amenés à se décentraliser. Etampes, en préparant son avenir, assure le vôtre. »

 

 

Vingt cinq ans après sa création, les investissements promis n’ont été réalisés qu’en partie et la vente des terrains est très inférieure aux prévisions puisque bloquée juridiquement, ce qui a généré un passif que personne ne veut assumer. Tout est freiné et c’est au tribunal qu’il appartient de trouver une solution. C'est par la conciliation que l'affaire est remise sur rail.

 

Dans un compte-rendu daté du 13 février 1996, édité par le SIZAI, il est mentionné « que le jugement rendu par le Tribunal administratif sur le contentieux qui opposait le SIZAI à la SAMBOE (ancien concessionnaire de l'opération d'aménagement) permet à notre collectivité de recouvrer la pleine propriété des sols restants et de les commercialiser. »

 

« Un nouveau souffle pour la zone industrielle »

 

C'est dans le journal Le Républicain daté du 22 mai 1997 signé d'Anne Despagne que la renaissance et le véritable développement économique de la zone industrielle de Brières-Etampes-Morigny-Champigny est acté. Extrait : « …/...les maires des trois communes concernées ainsi qu'une vingtaine de chefs d'entreprise se sont retrouvés pour évoquer l'avenir de ce vaste site de 112 hectares qui abrite déjà 90 entreprises et représente 3200 emplois. Le SIZAI a décidé de viabiliser dès juillet neuf hectares supplémentaires pour pouvoir les proposer en septembre.../...Pour Vincent Prévost, responsable du personnel chez Bertrand Faure (1500 employés sur la zone), la priorité est aussi à l'amélioration des transports mais il insiste sur l'efficacité du SIZAI : à chaque fois que nous avons demandé de l'aide, pour créer des parkings, sécuriser la départementale ou mettre en place une meilleure signalétique, ils ont répondu présents. »

 

Louis-Jean Marchina, alors président du SIZAI, actuel vice-président du G2ET se souvient parfaitement de ses 10 ans de développement de la zone industrielle, jusqu'en 2011 : « nous organisions deux fois par an environ des barbecues sur la zone industrielle, une version ancienne de l'actuelle fête des voisins. La plupart des transactions de terrain passaient par notre présence sur le terrain mais aussi au lieu de rendez-vous dit des Acacias, le restaurant routier situé sur la zone des Rochettes, très fréquenté par les salariés et décideurs de la ZI. »

 

Extension du parc d'activités SudEssor

 

Le samedi 4 avril 1998 a lieu l’inauguration de l'extension du parc d'activités SudEssor en présence des élus des trois communes, Franck Marlin, alors député-maire, Hubert François, maire de Brières-les-Scellés et Jean Louis Lemaire, maire-adjoint de Morigny-Champigny, en présence de nombreux décideurs et entrepreneurs locaux.

 

Quelques grands projets d'accueil d'entreprises ont vu le jour. Parmi eux, l'arrivée du SIREDOM, usine de traitement intercommunal des déchets, installée dans tout le département de l'Essonne, qui ouvrira un site majeur sur la ZI ; ainsi que l'ANRH (pour l'insertion des salariés handicapés) entreprise pour laquelle un doublement de l'avenue des Grenots est réalisée. Triadis ( groupe Séché) augmentera sa superficie en se diversifiant. Joulin-Aero étendra la surface de son siège. Durant cette période la superficie occupée par de nouvelles entreprises a augmenté d'un tiers. Il a fallu beaucoup d’efforts et de ténacité pour cela, comme par exemple faire déménager un terrain de moto-cross qui trônait au beau milieu de l’extension !

 

Accès facilité à la ZI et création du G2ET

 

Autre axe de développement crucial déjà abordé dans l'article du Républicain de 1997 : le désenclavement de la zone industrielle.

 

Ce ne sera qu’en 2010 que la SNCF entreprendra d’élargir un pont sous la voie ferrée Paris-Orléans, permettant ainsi d’éviter enfin les embouteillages provoqués par le feu tricolore qui canalisait la circulation sous le vieux pont à voie unique. Opération complétée en 2013 par un rond-point sur la RN 20 et en 2017 par une nouvelle voie permettant de relier la ZI à la RD 191.

 

Le GIE SudEssor Services donnait toute satisfaction pour sa gestion du gardiennage de la ZI, mais nombreux sont les chefs d’entreprises qui veulent faire plus ensemble. Les bons souvenirs de l’AIRES et du SIZAI sont restés vivaces… C’est dans cette optique que le GIE est dissous pour laisser la place à un nouveau groupement d’entreprises, le G2Et (Groupement des Entreprises de l’Etampois), rappelle François Laserson. Son 1er président sera Michel Turlotte, alors directeur général de Cattiaux. « Indépendant de toute attache syndicale ou politique (ce qui n’était pas le cas de l’AIRES), le G2Et est créé en juin 2011 pour reconstituer un groupement d'entreprises étampoises. Le territoire est ensuite élargi à celui de la CAESE (communauté d'agglomération de l'Etampois Sud-Essonne) qui inclutAngerville et Méreville et constitue le 3ème pôle d'emploi du département réparti sur 38 communes ».

Jean-Christophe Poisson, DG d'ANRH sera le second président du G2Et, il s'investira fortement pour continuer son développement. Puis Bertrand Guimard, chef d'établissement de Faurecia prendra le relais, accentuant encore l'attractivité de ce réseau entrepreneurial.

 

Collectif d'employeurs

 

Mais au fait, si on pouvait résumer à quoi sert un groupement d'entreprise en 2019 ? Louis-Jean Marchina souligne que « le G2Et donne une cohérence aux chefs d'entreprises du territoire. C'est à la fois un porte-parole par rapport aux institutions et la possibilité à travers un collectif d'avoir une réponse plus rapide à ses besoins en tant qu'employeur ». « C’est aussi et peut-être surtout un vecteur de connaissance mutuelle et de convivialité entre chefs d’entreprises, estime François Laserson ; quand on a le nez dans le guidon toute la semaine, il est bon de temps en temps de retrouver ses collègues dirigeants pour se détendre dans une ambiance amicale en compagnie de gens qui partagent vos préoccupations. Et c’est enfin un outil de formation et d’information pour les chefs d’entreprises, grâce aux conférences sur des thèmes d'actualité économique ou à des visites d'entreprises dans des domaines très différents, qui sont régulièrement proposées dans le cadre des déjeuners mensuels ».

 

L'avenir passe par la formation

 

Sur le bassin étampois, il n'y a malheureusement quasiment plus rien à acheter en termes de terrains malgré les fortes demandes. Les entreprises continuent pourtant de se développer et d'embaucher. Parmi les points forts, la qualité de vie d'une zone économique dynamique située à la campagne mais reliée à Paris par plusieurs directs situant Etampes à 30 minutes de Paris Austerlitz Une meilleure desserte de bus plus fréquents reliant la gare d'Etampes à la ZI de Brières-Etampes-Morigny-Champigny est souhaitable. L'arrivée de structures universitaires de type IUT ou bachelor (licences) positionnés sur le tissu économique local serait un véritable atout supplémentaire. De belles idées sont dans les tuyaux comme une nouvelle gare au niveau de la ZI, et des projets d’hôtels.

Il y a encore du travail, et le G2Et fera sa part !

 

 

Juin 2019

 

Légendes photos :

 

photo 1 : Mr Michel JOULIN , fondateur de Joulin Aero embrassant son fils sur les fondations de son entreprise (collection privée)

 

photo 2 : l'accès à la zone industrielle de Brières-Etampes-Morigny-Champigny (article du Figaro du 24 Février 1972) DR

 

photo 3 : Extrait du publi-rédactionnel paru dans le quotidien Le Figaro le 24 Février 1972. DR

 

photo 4 : Quelques explications sur les avantages de la cité royale dans le Figaro du 24 Février 1972-DR

 

photo 5 : Précisions techniques sur la ZI de Brières-Etampes-Morigny-Champigny : accès transports, détails techniques du bâti, acès à l'énergie, eau... Le Figaro (24/02/1972)DR

 

photo 6 : L'usine flambant neuve de Faurecia (alors appelée Bertrand Faure en 1964). les 30 glorieuses en France et à Etampes. Photo fournie par Faurecia. Copyright.

 

Photo 7 : l'inauguration de l'extension du Parc d'activités SUD Essor (Brières-Etampes-Morigny-Champigny) par le SIZAI le samedi 4 avril 1998 : on voit sur cette photo : Franck Marlin, alors député-maire, Hubert François, maire de Brières-les-Scellés, Jean-Louis Lemaire, maire de Morigny-Champigny, Louis-Jean Marchina, chargé des affaires économiques de la ville, aux côtés de décideurs et entrepreneurs locaux (dont Philippe Dujoncquoy, alors expert-comptable, président du jumelage avec la ville de Borna, en Allemagne). -Collection privée.

 

 

Photo 8 : Vue aérienne de la zone industrielle de Brières-Etampes-Morigny-Champigny -DR. IGN copyright

Brigitte Dumas, présidente de MEDELA FRANCE présente sa société positionnée sur un secteur au service d’un véritable enjeu de santé publique

 

 

 

 

 

La plupart des mamans souhaitant allaiter leur enfant ont sans doute entendu parler de Medela, dont le siège français est basé sur a zone de Brières-les-Scellés. Filiale du groupe suisse éponyme, les produits de cette PMI sont présents dans 100 pays dans le monde. Portrait d'une femme qui fait bouger les lignes de l’entrepreneuriat.

 

Saviez-vous que la présence de Medela France tient au fait qu'un distributeur de dispositifs médicaux dédiés aux jeunes mamans, les tires-lait était basé à Etampes ?

 

Installée dans la capitale du sud Essonne depuis 1997, soit une génération, la société est née de la recherche médicale et de l'innovation visant à faciliter l'allaitement maternel dès la naissance de leur enfant. « pour moi, nos produits sont un symbole emblématique de l'égalité hommes-femmes permettant aux femmes de se détacher des principales contraintes pratiques inhérentes à l’allaitement maternel. Medela s’attache à soutenir et accompagner les mères allaitantes du 21ème siècle dans leur choix de vie», explique Brigitte Dumas, qui a pris les commandes de la société voici trois ans.

Medela s'est bien développée depuis ces dix dernières années et compte 36 salarié(e)s à Etampes dont une quinzaine de commerciaux/formateurs terrains réparti(e)s sur le territoire français.

 

Medela, leader en soutien à l’allaitement maternel, continue de diversifier sa gamme de produits et a développé, il y a 10 ans, une technologie innovante d’aspiration chirurgicale et drainage thoracique au service des professionnels de santé pour une meilleure prise en charge de leurs patients(es).

 

Recherche fondamentale longue

 

Sur la base des résultats de nombreuses études scientifiques, l'organisation mondiale de la santé (OMS) recommande l’allaitement maternel jusqu'à l'âge de deux ans, recommandation régulièrement reprise par nos autorités au travers du « Plan National Nutrition Santé ». Un programme hospitalo-universitaire de grande envergure, « Les 1000 jours de santé » a démontré l’importance du lait maternel dans la prévention des principales maladies comme le diabète, d'obésité et certains cancers « En France, l'allaitement est assez clivant du fait de notre approche culturelle. Avec 82% de femmes actives, il est encore vécu par les femmes comme un frein à leur activité professionnelle alors même que les solutions technologiques existent. », résume la présidente de Medela.

 

Grâce aux derniers tire-laits électriques nomades proposés par la marque, les contraintes professionnelles, séparant la maman de son bébé plusieurs jours, ne sont plus un obstacle à l’allaitement maternel.

Attention à ne pas confondre l’apport du lait maternel avec celui des préparations industrielles pour nourrisson.

 

Rencontres scientifiques autour de l'allaitement

 

Medela, dont la production est en Suisse, investit fortement dans la recherche fondamentale. « C'est une démarche très longue, des travaux de recherche réalisés par de nombreuses équipes à travers le monde et de nombreuses rencontres scientifiques rassemblant des experts médicaux internationalement reconnus comme avril dernier où plus 450 experts du monde entier se sont retrouvés à Londres pour un symposium sur le lait maternel et la lactation. En France, en février dernier, 150 professionnels ont été accueillis dans un hôpital lyonnais le le 17 mai 2019, où 120 acteurs de l’allaitement sont attendus à l'hôpital de Toulon pour échanger autour de cet enjeu de santé publique », ajoute Mme Dumas, présente elle-aussi au contact des professionnels de santé.

 

La société basée dans le sud Essonne est très investie dans le label hospitalier « amis des bébés » et a tissé au fil des années des relais pérennes au sein du réseau hospitalier et les maternités françaises. Il existe aussi une gamme locative de produits Medela pris en charge par la sécurité sociale. Avec 800 000 naissances annuelles, la France est, avec l’Allemagne, le pays européen comptant le plus de naissances chaque année mais où le taux d'allaitement est un des plus bas. Des marges de progression sont réelles pour notre pays en cette matière.

 

Stratégie digitale en phase avec les jeunes mamans

 

Medela soigne également sa stratégie digitale en utilisant tous les canaux adaptés à la cible des utilisatrices. Présente sur You Tube et Facebook, certains Facebook live co-animés par une sage-femme ou une consultante en lactation sur des thématiques comme « avant la naissance/après la naissance ou encore douleur et allaitement rassemblent aujourd’hui près de 7000 internautes ». Parmi les autres canaux utilisés, Instagram-avec quelques influenceuses connues au delà de la France- et Twitter font mouche auprès d'une génération de jeunes mamans ultra-connectées et particulièrement attentives à la traçabilité de la nourriture.

L'allaitement de leur enfant, y compris lorsqu'elles reprennent leur activité professionnelle, fait partie de cette démarche naturelle.

 

Medela, implantée au cœur de la zone d’activité d’Etampes, est une de ces sociétés qui a su, année après année, adapter son modèle économique aux nouveaux modes de consommation et illustre le dynamisme de partenariats de qualité public/privé.

 

Contact : Medela France – 4 Rue de la Butte Cordière 91154 Etampes Cedex  Téléphone : 01.69.16.10.30 E-mail : info@medela.fr

 

Site internet :http://www.medela.fr/

Les entreprises à la rencontre de vos voisins le jeudi 6 juin pour le sud Essonne

 

 

Comme chaque année, dans le cadre de la fête des voisins (entreprises), la CAESE et la CCI Essonne soutiennent ce moment fort de convivialité entre les acteurs économiques du Sud Essonne.

 

Rendez-vous dès 12h autour d'un buffet déjeunatoire dans les locaux de la carrosserie Laloyeau, carrossier constructeur VUL-PL, membre du G2ET située au 492, route de Brières-les-Scellés, sur le parc SudEssor, à Etampes.

A noter qu'un quizz sera organisé pour tester les connaissances des dirigeants sur le patrimoine économique et industriel de notre territoire.

 

Inscriptions auprès de Caroline Noël : 01 64 59 23 85 ou caroline.noel@caese.fr

 

A partir de 18h, un escape game original  sera organisé par NXP Concept  à Méreville. Rendez-vous sur le site des cressonnières de la Villa Paul, 17, route de Courcelles. Les participants, agents secrets d'un soir devront par équipe, résoudre énigmes et jeux d'adresse en mettant à profit leur cohésion de groupe, vivacité d'esprit et créativité. Cette animation à ne pas manquer sera suivie d'une remise de prix ainsi que d'un cocktail dînatoire. L'occasion d'échanger dans un contexte festif et collectif pour les membres du G2ET et d'autres entrepreneurs du territoire. La soirée devrait s'achever vers 23h.

 

Même contact pour informations et inscriptions.

 

 

CFE Location a présenté l'état des lieux du Grand Paris au G2ET

Philippe Dury, directeur général de CFE Location, dont l'entreprise est membre du G2ET est venu présenter l'impact des chantiers du Grand Paris devant une trentaine de membres du G2ET mardi 2 avril.

 

Selon Philippe Dury, le projet de construire un Grand Paris remontrait à Napoléon III qui à l'époque évoquait une métropole qui s'étendrait de Saint-Germain-en-Laye à Marne-la-Vallée. C'est sous le Général de Gaulle que le projet aurait été freiné, création des départements franciliens tels que nous les connaissons oblige.

Finalement, en 2008, Christian Blanc, ancien patron d'Air France, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a fixé trois objectifs : « création de pôles économiques majeurs, liaison de ces pôles économiques par un réseau plus dense de transports en commun aux aéroports et au centre de Paris. Enfin, création d'un cadre institutionnel. »

 

Quelques chiffres résumant l'ampleur des chantiers

 

Parmi les très nombreux projets impulsés par le Grand Paris, on retiendra le Grand Paris Express (création des lignes 15, 16, 17 et 18), la prolongation de lignes de métro (cf ligne 14), l'accessibilité à Orly depuis Gare du Nord via le CDG Express à échéance des Jeux Olympiques de 2024.

 

En chiffres, cela représente 200 km de lignes nouvelles soit le doublement du réseau francilien, l'interconnexion de 68 gares nouvelles. Pour information, ces gares sont parfois situées à 50 ou 100 mètres de profondeur.A terme, le réseau absorbera 2 millions de voyageurs.

Pour les entreprises du BTP, cela représente environ 60 millions de tonnes de déchets à déblayer !

 

Sous-traitance annoncée pour les acteurs du BTP francilien

 

Les retombées économiques seront importantes puisqu'elles sont estimées à 80 milliards d'euros avec environ 115 000 emplois créés. En moyenne, cela représenterait 10 à 20 milliards d'euros de PIB/an.

 

Des appels d'offres ont déjà été attribués à quatre grands groupements d'entreprises : Spie/Vinci, Eiffage/Rezel, Bouygues/Soletanche et un groupement de PMI composé de sociétés françaises, suisses et italiennes, belges.

 

Quelques chiffres ont été attentivement recueillis par l'audience présente : le chantier actuel du Grand Paris est estimé à 35 milliards d'euros, « ce montant risquant fortement d'être doublé », d'après Philippe Dury. Le CDG Express est chiffré à 2 milliards d'euros, les prolongations des lignes 11, 12, 14 et le RER Eole à 3,4 milliards d'euros, l'aménagement global pour les Jeux Olympiques 2024 reviendrait à 3 milliards d'euros.

 

En conclusion, si on cumule les projets privés et semi-privés déjà budgétés, les projets immobiliers, les bureaux, le chantier global qui devrait durer au moins 10 à 15 ans est estimé à 200 milliards d'euros.

 

Le dynamisme de la région île de France devrait considérablement être musclé. Il reste désormais à trouver et former la main d’œuvre nécessaire pour répondre aux délais de ces chantiers à venir.

 

En savoir plus : https://www.societedugrandparis.fr/

 

 

 

CFE Location : le spécialiste des travaux sous-terrains

accélère sur le Grand Paris

 

La société CFE Location, créée en 1989 par Jean-Paul Dury est spécialisée dans la location d'engins de chantier pour les gros travaux dans le BTP. Explications avec Philippe Dury, actuel co-gérant de la société de cette PMI présente nationalement.

 

« Le siège de CFE Location est à Morangis historiquement et le site d'Etampes demeure important avec 14 salariés basés dans le sud Essonne : c'est ici que nous traitons la réparation et l'entretien des machines pour le secteur île de France », résume Philippe Dury, directeur général.

 

Avec l'arrivée du Grand Paris et ses 10-15 années de chantiers à venir, un atelier est en construction à Etampes en extension du site actuel de CFE Location.

 

Aujourd'hui, CFE Location est présent dans différentes agences couvrant le territoire hexagonal : à Lyon, Marseille, Nantes, Etampes (11 000 m2). Son chiffre d'affaire s'élève à 10 millions d'euros.

 

Nous sommes loin des débuts où Jean-Paul Dury, le fondateur, fort d'une vingtaine d'années d'expériences dans les Travaux publics s'était installé sur le parking de son immeuble de Morangis puis à Morigny-Champigny dans les années 1990.

 

Avec 42 salariés, CFE Location s'est au fil du temps notamment spécialisée dans les milieux sous-terrain, grâce à un premier chantier du métro à Toulouse il y a une quinzaine d'années.

 

Gros œuvre dans les Travaux publics

 

Le parc d'engins de chantiers est de 200 sur la France et va de 10 tonnes à 50 tonnes. Avec ce positionnement original, CFE Location est devenu à la demande de ses clients de plus en plus technique. La société loue des machines complémentaires et adaptées aux chantiers les plus complexes. Les contraintes sont nombreuses : environnement parfois urbain très dense, poussière mais aussi une réglementation de plus en plus contraignante !

 

La société est fortement présente en île de France, où elle dégage environ 40% de son chiffre d'affaires annuel.

Quelques chantiers ont eu lieu aussi à l'étranger : Portugal, Italie, Maroc, Suisse, en appui de gros chantiers décrochés par les grands comptes français du secteur.

 

Depuis quelques années, la PMI a su s'adapter à un marché assez spécifique. Notamment en louant des machines type robots afin d'intervenir dans des galeries sous terre : les machines sont électriques afin de limiter les émissions de gaz d’échappement dans les milieux confinés.

 

Locations et assurance fournie

 

Globalement, la gamme d'engins à louer chez CFE Location est très vaste. Ces dernières années, les plus fortes demandes sont la pelle à chenille ou à pneus qui représentent environ 70% du parc d'engins. « Après, nous pouvons y mettre des outils pour personnaliser, selon les chantiers », précise Philippe Dury. Avec ces machines porte-outils, CFE peut répondre aux chantiers de démolition ; fondations spéciales, travaux maritimes et fluviaux, etc

Les chargeurs à pneus sont également assez demandés. On les retrouve dans les carrières, les cimenteries. « Durant l'hiver, nous louons également beaucoup de matériel de déneigement dans les stations de ski. » Pour les chantiers actuels et à venir du Grand Paris, CFE Location est sollicité pour la location de robots télécommandés.

 

Juridiquement, la société a conclu des partenariats avec des assureurs. « Nous avons développé une solution simple avec des franchises communes. On incite nos clients à prendre notre assureur. Les tarifs sont adaptés au service spécifique. »

 

Une des valeurs ajoutées de la société consiste également en sa capacité de résoudre tout problème mécanique grâce à des équipes de dépanneurs itinérants intervenant en 48 heures sur France entière. « Disponibilité, ponctualité et réactivité demeurent notre ADN », conclut Philippe Dury.

 

 

Contact : Agence île de France Normandie-Nord-91150 ETAMPES-Tél : 01 69 78.20 83-www.cfe-loc.fr-mail : cfe91@cfe-loc.fr

Compte-rendu de notre assemblée générale 2019

Ce mardi 5 mars s'est tenue l'assemblée générale du groupement des entreprises de l'Etampois devant une trentaine de membres du G2ET. Après un programme chargé en termes d'animation en 2018, l'année déjà entamée s'annonce tout aussi intense. A l'issue de cette AG, une signature d'une convention de partenariat a eu lieu à la ferme de Mondésir, à Guillerval entre la communauté d'agglomération de l'Etampois Sud Essonne (CAESE), clef de voûte de l'avenir du territoire et le Groupement des entreprises de l'Etampois.

 

Parmi les points à retenir de l'AG du G2ET, en voici quelques uns : les activités entre membres ont été soutenues en 2018. Des rencontres pour rompre la solitude du dirigeant avec une réunion de fin de semestre (Juillet 2018), une réunion de rentrée (Septembre) ; des visites d'entreprises : l'Union des Forgerons (janvier), Colas (Mai) et l'ANRH (Octobre) ; des rencontres informatives : le sport en entreprise et les troubles musculo-squelettiques, organisé par l'une de nos membres, la présentation du centre hospitalier d'Etampes/Dourdan par son directeur invité (Novembre), une information sur les travaux en cours dans les zones industrielles gérées par la CAESE (Décembre) ; ainsi que des rencontres inter-associations du territoire sud Essonne : la RGPD coorganisé avec la sous-préfecture, « Entreprises à la rencontre de vos voisins » (Mai), les chefs d'entreprises se mettent en scène au Cadet circus à Etréchy (Octobre) et un speed business meeting organisé en partenariat avec le BTS du lycée Sarcey de Dourdan qui a été un moment fort de rencontres pour les entrepreneurs du sud Essonne.

 

Vie associative soutenue au G2ET

 

L'année 2019 s'annonce tout aussi chargée. Elle a débuté par la galette de Janvier, l'AG de Mars. Quelques visites d'entreprises de membres du G2ET sont prévues : après celle de Triadis en février, nous visiterons Probinor (juin), Faurecia (juillet) et Sega à Angerville (second semestre)...

Une rencontre aura lieu le 2 avril prochain à Guillerval et traitera du Grand Paris, présenté par un de nos membres, CFE Location. En octobre, la rencontre des chefs d'entreprises se mettent en scène aura lieu au théâtre d'Etampes, animée par Guillaume Collignon, acteur professionnel (ayant obtenu un Molière) sur des situations vécues en entreprises (20 euros/participant). Retenez dès maintenant la date du 23 mai, où se déroulera la traditionnelle « Les entreprises à la rencontre de leurs voisins » organisée par la CAESE et la CCIE.

 

Le G2ET sur Facebook

 

Afin de rendre visible cette vie économique et associative sur le territoire, vous pouvez désormais nous suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/Groupement-des-entreprises-de-lEtampois-793682460982339/

 

La page est ouverte à tous les acteurs s'intéressant au développement économique du territoire du sud Essonne. Suivez-nous et n'hésitez pas à la faire connaître à votre entourage professionnel. Vos J'aime et partages d'informations sont les bienvenus !

 

Vous retrouverez aussi quelques articles liés à la vie de notre association sur cette rubrique du site : VIE DU G2ET : https://www.g2et.org/vie-du-g2et/

 

Signature de la convention CAESE-G2ET

 

Lors de la 2nde partie de l'assemblée générale du G2ET, la signature de la convention entre la CAESE et notre association a eu lieu officiellement.

 

Bertrand Guimard, président du G2ET et Johann Mittelhausser, président de la CAESE ont officialisé ce partenariat à travers une signature de la convention visant à « maintenir et renforcer ce lien durable entre entreprises, partenaires et communauté d'agglomération au profit de la vitalité et du rayonnement du territoire »

 

Les objectifs de la CAESE en matière de développement économique intègrent les missions du G2ET, à savoir l'aide au développement des entreprises situées en zone d'activité économique, l'amélioration de l'environnement économique et social des entreprises, ainsi que la facilitation des relations avec les interlocuteurs clés.

 

Intensifier les relations économiques et territoriales

 

Parmi les principaux points à retenir de cette convention, la CAESE s'engage à promouvoir et favoriser les initiatives du Groupement, ainsi que les mises en relation avec le tissu socio-économique local et les entreprises de l'ensemble du territoire, valoriser le partenariat avec l'association au sein des outils de communication disponibles (site internet, journal de la CAESE), allouer une subvention de 3500 euros au G2ET pour l'année 2019.

Le G2ET s'engage, quant à lui, à relayer l'ensemble des initiatives de développement économique de la CAESE auprès de ses adhérents, promouvoir la plateforme emploi de la CAESE auprès de ses adhérents, valoriser les actions d'animation territoriale en matière de développement économique de la CAESE et transmettre à la CAESE les informations et requêtes des entreprises du territoire et relatives au développement économique et à l'emploi.

 

 

Contact :  http://www.g2et.org

Mail: secretariat.g2et@free.fr

 

 

SEGA : l'électricité industrielle de pointe rayonne depuis Angerville

Le pôle atelier de SEGA, où sont réalisées les armoires électriques-Photo SEGA dr.
Le pôle atelier de SEGA, où sont réalisées les armoires électriques-Photo SEGA dr.
 

Basée sur la zone industrielle d'Angerville, la société SEGA est fondée en 1980. Présente sur la ZI depuis 1985, elle compte 30 salariés ultra-spécialisés en électricité.

 

« Notre cœur de métier, c'est l’électricité industrielle allant du poste haute tension/basse tension aux distributions courant fort/faible, ainsi que la conception et le câblage d'armoires électriques, sans oublier les automatismes industriels », résume François Duverger, directeur général de la société.

 

La PMI compte un pôle administratif, un pôle chargé d'affaires/suivi des travaux, en France voire en Europe, un bureau d'études/automatisme et CAO (conception assistée par ordinateur), une équipe spécialisée « automatisme » la plupart du temps sur le terrain pour mettre en service les installations ; ainsi qu'un pôle atelier, où sont réalisées les armoires électriques ; sans oublier l'équipe « installation sur site », également présente sur le terrain.

 

Sur-mesure clients et forte réactivité

 

Le sur-mesure pour les clients est le quotidien de SEGA : la société établit des notes de calcul pour les installations, réalise des schémas, conçoit des tableaux, étudie et calcule des jeux de barre ( pour forte puissance électrique), contrôle et effectue des essais (en plate forme) dans son laboratoire de test, ouvert à leurs clients ; et s'adapte aux cahiers des charges des clients dans tous les domaines de fabrication (par exemple, normes spécifiques (BV,DNV,UL,..), peinture équipements, repérage spécifique selon clients).

 

Parmi les chantiers réalisés par SEGA, on compte des bâtiments industriels, du chauffage urbain, de la géothermie, les installations de centrales de secours dans des data centers ou des hôpitaux, une des spécialités de la société, des câblages machines de production d’hydrogène, ainsi que le traitement d'air en laboratoires et salles blanches, sans oublier la maintenance industrielle. SEGA gère des projets allant de 3000 € à 1 million d'euros.

 

Historique numérique des chantiers

 

« Nous avons une équipe réactive qui accompagne ses clients avant, pendant et après un projet. C'est une des raisons pour laquelle nos clients sont fidèles depuis 30 ans. Nous sommes très attachés aux notions de qualité et de service » , témoigne François Duverger.

SEGA a ces dernières années développé quelques atouts de taille : un système de gestion interne numérique permet d'avoir une traçabilité des équipements installés (plans et acteurs au moment du chantier) sur une période de plus de 20 ans. La PMI est certifiée QUALIFELEC E3-3-mention automatisme, certification de référence pour des installations de systèmes complexes.

 

Son rayon d'action, historiquement basé en région parisienne, se développe progressivement en région centre et au delà. SEGA réalise également des mises en service d’automatismes industriels à l’export.

 

SEGA-18, rue du Pont Lafleur-ZI RN20-91670 ANGERVILLE-Tél : 01 69 95 11 80.

Plus d'informations : cliquez sur www.segaelec.fr

Mail : commercial@segaelec.fr

 

Visite du site de Triadis Services (groupe Séché Environnement) par de nombreux membres du G2ET

Visite du site Triadis Etampes classé SEVESO menée par David André, responsable de site et Mickaël Prestavoine, PDG de Triadis Services-ph. Fr.N copyright
Visite du site Triadis Etampes classé SEVESO menée par David André, responsable de site et Mickaël Prestavoine, PDG de Triadis Services-ph. Fr.N copyright

 

Le site étampois de Triadis Services est une plateforme de tri et de regroupement de déchets dangereux classé Seveso et répondant à plusieurs normes de certifications (Iso 9001, Iso 14001, OHSAS 18001/engagement climat).

 

Pas moins de 45 membres de l'association du Groupement des entreprises de l'Etampois ont participé à une visite des différentes zones de prise en charge des déchets de Triadis Services, un membre historique du Groupement des entreprises de l'Etampois.

Ce mardi 5 février 2019, c'est Mickaël Prestavoine, le PDG de Triadis Services et son équipe qui ont accueilli les membres du G2ET pour mieux comprendre en quoi consistent leurs métiers, aussi techniques que reliés en permanence à un souci de sécurité.

Le site industriel, implanté sur Etampes depuis 1998, s'est récemment agrandi en construisant un bâtiment de 600 m2 en 2018 afin de stocker les emballages neufs mis à disposition des clients.

Avec 50 salariés présents sur le site par rotations de 6 h à 21h, et 10 000 tonnes réceptionnées en 2018, le site d’Etampes est le siège social de Triadis Services, groupement de 7 plateformes réparties sur le territoire national.

Les déchets réceptionnés sont particulièrement variés : amiante et déchets d'amiante, déchets dangereux des ménages (DDM), déchets dangereux liquides, solides, pulvérulents (réduit en poudre), déchets toxiques en quantités dispersés (DTQD), eaux et boues d’hydrocarbures, gaz ménagers, industriels, produits chimiques de laboratoires, solvants et solvants à régénérer.

A chaque type de déchets correspond sa zone de stockage et de prétraitement, et ses équipes spécialisées.

Parmi elles, les chimistes sont précieux pour identifier et regrouper, après analyse, les produits à traiter.

La zone de fosses accueille jusqu'à 150 m3 par jour d'emballages vides souillés qui sont ensuite expédiées vers le site de Rouen, incinérateur agréé de déchets industriels dangereux et autre site du groupe.

 

Séché Urgences interventions

 

Autre particularité du site : Séché Urgences Interventions a été créé en 2016. Il s'agit d'une unité d'intervention mobilisable sous 4 heures sur l’ensemble du territoire national pour des interventions lors de situations d'urgence environnementale: pollution accidentelle, accident industriel (chimique, organique...)

« Nous intervenons sur réquisition préfectorale ou d'industriels avec qui nous avons un accord . On peut faire partir sur un site à traiter de 1 à 72 salariés spécialisés pour détecter l'origine exacte de la pollution. », a expliqué Mickaël Prestavoine, ancien sapeur-pompier à la base de la création de cette unité.

Avec 166 interventions en 2018, ce service national (les 7 sites du groupe sont équipés de bateaux Triadis, de quads et de citernes hydrocureurs) a dégagé un chiffre d'affaires de plus de 3 millions d'euros. Des pays étrangers comme le Pérou sont intéressés par ce savoir-faire spécifique à Triadis Services.

 

Plus d’informations, cliquez sur TRIADIS 

 

TRIADIS SERVICES-49, avenue de Grenots-ZA Sud Essor-91150 ETAMPES-Tél : 01 69 16 13 13


RECHERCHE

PROCHAIN RENDEZ-VOUS

Mardi 2 juillet 2019

Save the date

Mardi 2 juillet 2019

Déjeuner mensuel avant l'été

Invitation au déjeuner chaque 1er mardi du mois

À la ferme de Mondésir

à GUILLERVAL

de 12h00 à 13h45

 

UN RÉSEAU

D'ENTREPRENEURS

  • Efficace
  • Convivial
  • Rassembleur des intérêts et des problèmes communs
  • Dont les membres se connaissent personnellement

 

EN PRATIQUE

  • Une structure associative
  • Animée par des bénévoles
  • Des événements : petits déjeuners, déjeuners, rencontres, conférences …
  • Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Demande d'Adhésion au G2ET

Demande d'Adhésion G2ET-Année 2019.pdf
Document Adobe Acrobat 152.5 KB
STATUTS G2ET-2019.pdf
Document Adobe Acrobat 32.7 KB